Le Projet Marmotte Alpine

Bienvenue au sein du Projet Marmotte Alpine

Félicitations Sophie!

Bonne nouvelle aujourd’hui, le nouveau manuscrit de Sophie Lardy est publié dans Animal Behaviour! Félicitations à Sophie!

Résumé

Bien que longtemps négligée , la compétition entre femelles est très répandue et pourrait avoir des conséquences évolutives bien plus fortes qu’on ne le pensait. Chez les espèces où une unique femelle du groupe social se reproduit, la reproduction est limitée au femelles dominantes, et la compéttition intrasexuelle pour acquérire ce statut de dominante est particulièrement forte. Parce que la capacité des femelles à défendre cette position dominante peut fortement influencer leur valeur sélective, une meilleure compréhension des déterminants de la maintenance de la dominance est nécessaire. En utilisant un jeu de données récoltées pendant 20 ans sur la marmotte alpine, Marmota marmota, nous avons étudié les facteurs conduisant à la perte du statut de dominant. En particulier, nous avons examiné si la capacité des femelles dominantes à maintenir leur position sociale dépendait du nombre et des caractéristiques (âge , parenté avec les individus dominants) des concurrents potentiels présents au sein de l’unité sociale. Pour identifier le mécanisme sous-jacent, nous avons encore étudié comment le nombre de femelles subordonnées affectait la masse coporelle des femelles. Nous avons constaté que le risque de perdre le statut de dominante augmentait avec le nombre de femelles adultes subordonnées dans le groupe, mais que ni l’âge de ces femelles subordonnées, ni leurs relations de parenté avec les individus dominants n’avait d’importance. En outre, lorsque le nombre de concurrentes augmentait, nous avons observé une diminution de la différence de masse corporelle entre les femelles dominantes et leurs femelles subordonnées adultes, et, finalement, un risque plus élevé de femelles dominant de perdre leur statut. Dans l’ensemble, nos résultats ont montré que le nombre de concurrentes potentielles affecte la capacité des femelles à maintenir leur position dominante, et suggère que cet effet résulte des changements dans la masse corporelle des femelles.

Lardy S., Allainé D. and Cohas A. (2013) Female competition decreases dominance tenure in a singular-breeding mammal. Animal Behaviour, 86:1155–1163. pdf

Advertisements

Information

This entry was posted on November 22, 2013 by in article.